Poèmes



Intensités poétiques

(manifeste)

Toutes les formes d'expression fonctionnent pour moi selon des variations d'intensité. La forme poétique cherche l'intensité la plus élevée.

Pour cela, tout est permis. Toutes les influences sont bonnes, tant qu'elles ne limitent pas. Chercher des solutions et des possibilités dans les autres formes d'expression mais aussi dans les autres domaines de la connaissance humaine. Chercher des solutions et des possibilités dans les autres langues, toutes les autres langues (les maltraiter au besoin ou les inventer), et même dans ce qui n'est pas humain : la nature, l'animal, le géologique.

Favoriser des concentrations, trouver des points de concentration qui se révulsent, c'est-à-dire qui, au lieu de clore ou réduire, s'ouvrent sur un à-travers du miroir. sur le revers de la surface. L'objet poétique provoque des réactions chimiques dans le corps, une transformation de la matière, qui viennent à leur tour modifier les sensations et les idées.

Ainsi, l'expression poétique est accessible à tous, même aux enfants, même aux analphabètes, et ce malgré une apparence parfois déconcertante (mais les comptines sont elles-mêmes souvent déconcertantes : « Pomme de reinette et pomme d'api, d'api d'api rouge », etc).

Une ouverture d'esprit et une connaissance minimale de la langue sont peut-être les deux seuls présupposés requis. Accepter l'absurde, le non-narratif, le bizarre. Alors tout est possible.

Comme les comptines ou les chansons populaires, lire et réciter les poèmes (souvent courts) fait resurgir les impressions au quotidien.

La forme est, à l'écrit, un élément fondamental. Dans la constitution du poème, elle est stricte et immuable. Chaque mot, jusque dans sa graphie (voire même sa typographie), chaque ponctuation est nécessaire (informe le ton ou l'intensité de la pièce). Pour donner une référence, c'est le Borromini du cloître de San Carlo alle quattre fontane qui nous offre la plus intense expression.

Toutes les voies sont possibles. Partir d'une phrase anodine, qui se court-circuite ou s'abîme. Commencer par une formule extravagante, être attentif, à l'écoute, ne pas avoir peur de l'altérité, de quoi que ce soit. Essayer d'autres pistes : les variations. À chacun sa capacité de résistance, c'est-à-dire son expérience et son goût.

Jusqu'au moment où l'équilibre se rompt. C'est là où le poème s'arrête.


Borromini - San Carlo alle quattro fontane (chiostro)